Römerhof, Loèche-les-Bains

Le Römerhof est un hôtel-restaurant 3* de Loèche-les-Bains ou Leukerbad en allemand. Un lieu connu pour ses bains thermaux comme Yverdon, Lavey, Ovronnat, etc.

Le restaurant est assez grand avec une salle et une terrasse pour un total de 180 couverts. Ambiance traditionnelle « chalet ».

Ils sont ouverts tous les jours, toute l’année.

La carte propose un style international avec des plats italiens, pizzas, grillades, spécialités valaisannes, fondue chinoise.

Exemples de prix : tomate mozzarella (18 chf), crème de bolets (9.80 chf), spaghetti carbonara (21.50 chf), pizza margherita (16 chf), steak de boeuf, 200 gr. (40 chf), boule de glace (4 chf) Coca cola 33 cl. (4.80 chf), café (4 chf).

Ryô, Paris

Vendredi 22 juillet 2022

Dernier jour de mon petit séjour à Sierre où nous avons visité le Barrage de la Grande Dixence et celui du Lac de Moiry.

Repas à cinq, sans réservation, nous étions sur la terrasse, il n’y avait pas grand monde, peut-être à cause de la chaleur, des vacances ou les travaux de la route juste à côté expliquent cela. Heureusement qu’ils ont attendu 14 heures avant de commencer à scier la route, un bruit infernal, je plains les clients de l’hôtel.

En entrée, j’ai pris une petite, simple et correcte salade verte (8.50). Ensuite j’ai pris sur le conseil de mon amie qui vient souvent dans ce restaurant, un plat qu’on ne trouverait pas ailleurs selon elle, des spaghetti aux bolets et filet de boeuf (21.50 chf) en demi-portion. Je ne suis pas certains que c’est un plat si rare que ça, mais c’était bien préparé, même en demi-portion, j’ai trouvé relativement copieux, car je ne suis pas un mangeur de pâtes. C’était gourmand, cuisson « al dente », généreux en bolet, un boeuf tendre. Un plat plutôt bien réussi.

Ryô, Paris
Ryô, Paris

Pour résumer, un repas assez sympathique, ambiance décontractée, malgré la chaleur un peu écrasante.

Römerhof
Rathausstrasse 16
3954 Leukerbad
+41 27 472 99 99
www.hotelroemerhof.ch

Crédit photo : foodaholic

La Galette, Lausanne

  Fin mai 2022, La Galette à Lausanne vient de rouvrir avec de nouveaux tenanciers. Dans les années 2000, c’était un bar à tapas où j’ai eu l’ccasion de passer quelques soirées quand j’étais plus jeune. En vingt ans, le nom est resté, mais il a surement eu le temps de changer à plusieurs reprises de propriétaires.

Il est situé en haut de la rue Saint-Martin, juste derrière l’hôtel de police. Un peu excentré, un quartier relativement calme.

C’est un petit établissement d’une vingtaine de places avec une petite terrasse. Le cadre a été rénové, simple, sympathique, sans décoration particulière.

Ils sont ouverts tous les jours, non-stop. Horaires de cuisine coupés.

Une carte d’inspiration internationale qui propose des tapas et des planchettes, des plats du jour et des cocktails.

Exemples de prix : plats du jour (17.50, 23.50 et 26.50 chf),  boeuf mariné (13.50 chf), wrap aux légumes (8.50 chf), frites artisanales (6/9 chf), moelleux chocolat, glace (11.50 chf), eau filtrée 50 cl. (3.90 chf), Henniez 50 cl. (5.50 chf), café (3.80 chf).

Repas du 2 juin 2022.

En fouillant Google Map à la recherche de restaurants, je tombe sur La Galette, un lieu que j’ai connu il y a plus de vingt ans et Je remarque qu’il y a du nouveau avec une nouvelle équipe, la carte m’a appâté, je me décide d’y aller en mode découverte.

Jeudi, 12 heures, sans réservation. Aucun client, même pas à la terrasse. Une personne en salle.

Soyons fou, j’ai commencé tranquillement par un cocktail … sans alcool. Un « temptation » (11 chf) qui est à base de fruits rouges, Il était coloré comme un milkshake fraise, bien servi, frais, peut-être un demi-litre peut-être. Un cocktail dominé par le goût de l’ananas et de la pastèque.

La Galette, Lausanne

En tapas, j’ai voulu tester le boeuf mariné (13.50 chf) et le poulet yakitori (11.50 chf). Je me suis ravisé après m’être renseigné sur la taille des portions, J’ai décidé de rester sage et de ne prendre que le poulet yakitori.

Heureusement, car il était bien servi. De la poitrine coupée en gros dés dans une sauce douce et servie dans un bol. Sympathique, mais un peu trop cuit à mon goût et je ne m’attendais pas vraiment à de la poitrine.

Le mot « yakitori » est peu trompeur, car « yaki » et « tori » se traduit par « poulet » et « grillé », ce qui n’est pas une erreur de leur part, mais dans mon esprit, quand je vois « yakitori », je pense directement à « brochette ».

La Galette, Lausanne

En plat, j’ai été attiré par le plat du jour au nom très gourmand. c’était un magret de canard et son nappage de foie gras, pomme de terre confite à l’huile d’olive et légumes (26.50 chf). Prometteur sur le papier.

Mais malheureusement, j’ai été un peu déçu. La viande était trop cuite à mon goût. Si je ne dis pas de connerie, un canard se sert généralement rosé, du moins, on me l’a toujours servi par défaut, rosé. La sauce n’avait pas le goût du foie gras.

À travers cette assiette, je sens un cuisinier qui a certaines envies, il y a une inspiration d’une cuisine un peu plus raffinée que la classique « entrecôte, frites, légumes ».

Sans parler de qualité ou de quantité, juste le prix de 26.50 francs pour un plat du jour, sans entrée, ce n’est pas commun. Celui du restaurant de l’hôtel La Paix (hôtel 4*) est à 26 francs. Le Chat Noir (15/20 G&M) est à 22 francs, tandis que la moyenne dans Lausanne, est à quoi, 16 à 20 francs avec souvent une salade ou un potage. Je sais qu’il y avait du magret et du foie gras, mais j’ai peur qu’ils ne vendent pas beaucoup de plats du jour à ce prix. 

La Galette, Lausanne

Pour s’excuser de la cuisson du magret, ils m’ont offert le dessert. Ils ont proposé un Banofie (9.50 chf) qui est le dessert signature du chef. C’est un dessert à base de caramel croustillant, banane flambée, mascarpone et crème fouettée.

Un dessert gourmand, sacrément calorique et sucré. Ça devrait plaire au bec sucré, mais un peu trop pour moi.

La Galette, Lausanne

Pour résumer, j’ai trouvé le lieu sympathique, mais d’un point de vue culinaire, je n’ai pas vraiment été emballé, cependant, l’ouverture est encore récente, il faut en tenir compte. J’espère que c’était simplement un « mauvais » jour.

J’ai beaucoup apprécié le temps passé à discuter avec la personne en salle qui n’est pas le patron, c’est un ancien restaurateur qui a de l’expérience.

La Galette
Rue Louis-Auguste Curtat 13
1003 Lausanne
+41 78 205 16 10
www.lagalette.ch

Crédit photo : foodaholic