Palace Sushizen, Lausanne

Le Palace Sushizen à Lausanne est un restaurant japonais issu d’un partenariat entre la célèbre enseigne Sushizen et l’hôtel Lausanne Palace. Ouvert en 2007, ils ont vite su se faire un nom au milieu des gastronomes et amateurs de sushis avec des sushis « modernes ». Il est mentionné dans le Guide Michelin (2022).

Sushizen est une grande entreprise de sushis établie dans la région depuis de nombreuses années. Ils ont commencé à Epalinges avec un point de vente et lieu de production, puis une succursale à la rue Etraz à Lausanne. Maintenant, ils ont une usine de production, des points de vente dans de nombreuses villes, deux restaurants et un service de livraison.

Le Palace Sushizen est situé au centre-ville, à deux pas de la Place St-François, à proximité de nombreux transports en commun : bus, métro et train. L’hôtel possède son propre parking et en face il y a celui de Saint-François, tous deux sont payants.

Ils sont ouverts du mardi au samedi, fermés les dimanches et les lundis. Horaires coupés. Vente à l’emporter.

L’établissement est de taille moyenne d’une cinquantaine de couverts avec une terrasse. Le cadre est moderne et lumineux avec de grandes baies vitrées, un mobilier en bois, des tons noirs, gris et rouges. Une décoration assez neutre avec quelques objets rappelant le Japon.

La carte propose cuisine japonaise traditionnelle et fusion avec des propositions assez modernes et audacieuses, des combinaisons extraordinaires. Des mariages surprenants il y a 15 ans, un peu moins atypiques de nos jours, mais toujours sympathiques.

Exemples de prix : offres à midi (31 à 52 chf), kaiso salad (12 chf), soupe miso (7 chf), carpaccio de thon (21 chf), udon boeuf (24 chf), nigiris saumon, 2 pces. (10 chf), sashimi mixte (35 chf), San pellegrino 50 cl. (8 chf), café (5 chf).

Palace Sushi Zen, Lausanne

28 décembre 2022.

Mercredi, 12h00, en solo avec réservation.

Et voilà, c’est enfin officiel, la fermeture définitive du Palace Sushizen est annoncée pour le 31 décembre 2022, c’est donc l’occasion pour moi de faire un dernier repas dans ce lieu qui a été à une certaine période mes sushis préférés de Lausanne.

L’annonce publique est récente, mais dans le  milieu, il se savait déjà depuis un certains temps, ce qui explique un peu le laisser-aller de cette année 2022. Il faut l’avouer, le PSZ était en sérieuse perte de vitesse ces derniers temps : baisse de qualité, changement fréquent de staff, autant en salle qu’en cuisine, vaisselle ébréchée, sans parler d’une bonne hausse de prix comparer à ses débuts. Pour moi, l’âge d’or du PSZ c’était au début avec la toute première équipe.

Pour une fois, j’ai pris un tartare de boeuf (24 chf), histoire de changer un peu d’un repas « full sushis ». Une entrée plutôt sympathique, coupé au couteau, taillé petit. Il faut bien mélanger la sauce miso et BBQ maison avec le tout, car elle était concentrée et le boeuf était nature.

Palace Sushi Zen, Lausanne
Palace Sushi Zen, Lausanne
Palace Sushi Zen, Lausanne

Repas du 13 mai 2022.

Vendredi soir, 19 heures, sans réservation. Un accueil rapide et souriant. Un service sympathique et attentionné. La cuisine était rapide, j’ai commandé en plusieurs fois, peu d’attente.

Pour une fois, j’ai pris un tartare de boeuf (24 chf), histoire de changer un peu d’un repas « full sushis ». Une entrée plutôt sympathique, coupé au couteau, taillé petit. Il faut bien mélanger la sauce miso et BBQ maison avec le tout, car elle était concentrée et le boeuf était nature.

Palace Sushi Zen, Lausanne

Repas du 13 mai 2022.

Vendredi soir, 19 heures, sans réservation. Un accueil rapide et souriant. Un service sympathique et attentionné. La cuisine était rapide, j’ai commandé en plusieurs fois, peu d’attente.

Pour une fois, j’ai pris un tartare de boeuf (24 chf), histoire de changer un peu d’un repas « full sushis ». Une entrée plutôt sympathique, coupé au couteau, taillé petit. Il faut bien mélanger la sauce miso et BBQ maison avec le tout, car elle était concentrée et le boeuf était nature.

Palace Sushi Zen, Lausanne

Repas du 13 mai 2022.

Vendredi soir, 19 heures, sans réservation. Un accueil rapide et souriant. Un service sympathique et attentionné. La cuisine était rapide, j’ai commandé en plusieurs fois, peu d’attente.

Pour une fois, j’ai pris un tartare de boeuf (24 chf), histoire de changer un peu d’un repas « full sushis ». Une entrée plutôt sympathique, coupé au couteau, taillé petit. Il faut bien mélanger la sauce miso et BBQ maison avec le tout, car elle était concentrée et le boeuf était nature.

Palace Sushi Zen, Lausanne

Les nirgiris et gunkans à la carte se commandent par paire. Ils étaient malheureusement un peu décevants. Des nombreuses fois où j’ai pu manger chez eux, ce repas n’était pas l’un des plus mémorables.

Le maquereau mariné (9 chf) n’était vraiment pas au top. La chair était complètement cuite, sèche au lieu d’être lisse et fondante. C’est bien la première fois qu’il était à ce point décevant.

Le thon gras (18 chf) avait un joli aspect, mais très nerveux et sans trop de goûts, le morceau qui avait été utilisé aurait plus adapté pour un negitoromaki.

La seiche (9 chf), les gunkans boeuf-oeuf de caille (13 chf) et oursin-oeuf de caille (20 chf) étaient corrects, bons, mais ils avaient un aspect un peu moins soigné que d’habitude, moins généreux aussi.

Celui qui s’en ait le mieux sorti, c’était les nigiris anguille-camembert (15 chf). je trouve que ces deux produits se marient très bien ensemble.

Palace Sushi Zen, Lausanne

Les sashimis à la carte, qui se commandent par trois tranches, sont une idée sympathique qui me plait bien, mais qui peuvent vite s’avérer onéreux.

Le thon gras (18 chf) avait le même problème que celui servi en nigiris : dur et nerveux.

Le maquereau mariné (13 chf) était pareil au nigiri, probablement découpé dans le même filet trop cuit.

La sériole (13 chf) était bonne, pleine de goût avec une chair ferme.

Palace Sushi Zen, Lausanne

J’ai testé pour la première fois le carpaccio de boeuf wagyu (33 chf). Il était bon, mais il faut avoir un attrait pour le côté cru persillé du gras, je pense que légèrement flambé, il ne serait que meilleure. À tester une fois pour la curiosité.

Le contenu de l’assiette n’avait rien à voir avec l’intitulé écrit dans le menu : « Accompagné d’une purée de pommes vertes, raifort et julienne de légumes ». Ce n’est vraiment pas à jour.

Palace Sushi Zen, Lausanne

Pour résumer, je mange chez eux depuis l’ouverture, presque quinze ans !, c’était au début très bon, mais ces dernières années, les prix ont augmentés et la qualité a baissé et en plus en dents de scie.

On peut être tolérant, mais quand on facture à des prix relativement élevés, il y a des limites, deux cents francs pour une personne en sushis et autres, ce n’est pas rien.

Autres repas : 10 et 2 février 2022, 23 décembre 2021

Palace Sushi Zen
Rue du Grand-Chêne 7-9
1002 Lausanne
+41 21 331 39 88
www.lausanne-palace.ch
www.sushizen.ch
www.sushizen.shop

Crédit photo : foodaholic

Chinatown, Lausanne

Le Chinatown est un très ancien restaurant chinois à Lausanne qui a ouvert en 1985, il y a de fortes chances que le patron actuel soit celui d’origine, mais je n’en suis pas certain. C’est un établissement très bien situé dans l’hypercentre, accessible, joli cadre asiatique propre et bien entretenu, une carte classique, des prix moyens supérieurs.

Le restaurant est assez grand avec au moins soixante couverts et une jolie terrasse. Le cadre est assez typé, très chinois, des tons sombres en bleu, rouge et noir, bien entretenu au fil des ans, c’est propre. Ils sont ouverts du lundi au samedi, horaires coupés, fermés les dimanches.

La carte met en avant une cuisine fait maison avec des vins de la région. Plats du jour, assiettes de la semaine, menu lunch à composer.

Exemple de prix :
– rouleaux de printemps  (7 chf)
– poulet basilic (27 chf)
– nouilles sautées aux légumes (19 chf)
– Coca Cola 50 cl. (5.50 chf)
– café (3.70 chf)

6 décembre 2022.

Mardi midi, en solo, 12h45, sans réservation.

Sans savoir pourquoi, je ne suis pas venu souvent chez eux, c’est pourtant très bien placé et j’avais beaucoup, mais vraiment beaucoup l’opportunité d’y aller.

Un service asiatique, sympathique, parlant francophone, c’était correct,

En entrée, une entrée du jour,  un nem (5 chf). Il était petit avec une farce un peu sèche, mais aussi moins gras, probablement fait maison. Feuille de salade iceberg bien fraîche, feuilles de menthe,

Il était vraiment petit, moité moins volumineux que les industriels. Pour une thune, certains diront que c’est extrêment cher, certains diront être prêts à payer plus pour du fait maison.

Chinatown, Lausanne

Parmi les entrées, j’ai remarqué les seiches à l’ail et piment (14 chf) qui m’ont donné envie. Je pensais qu’ils seraient frits, mais c’était un peu idiot, car ce n’était pas écrit. Un peu déçu, mais ce n’était pas mauvais, sans être particulier, les seiches qui étaient il me semble des supions, étaient sautés avec un peu d’ail et du piment, mais ce n’était pas du tout piquant.

Chinatown, Lausanne

Surprise avec le boeuf croustillant (30 chf) qui était préparé différemment de la concurrence. D’habitude, ce sont des fils de boeuf presque secs et très croquants. La recette du Chinatown est beaucoup moins croquante, un peu croustillant, parfois un peu trop mou, mais on sent plus le boeuf qui faut un peu mâcher.

Le riz nature (2.50 chf) était plutôt bon, peut-être légèrement sec, une portion correcte.

Chinatown, Lausanne

Pour résumer, je le trouve pas mal, ce n’est pas mon chinois favori, mais il est assez satisfaisant pour y retourner et tester plus profondément le reste de la carte.

2 entrées, 1 plat, 2 riz, 1 minérale, 1 café : ~ 60 chf. pour une personne.

Chinatown
Rue Grand-Saint-Jean 1
1003 Lausanne
+41 21 312 39 34
www.restaurantchinatown.ch

Crédit photo : foodaholic

La Grappe d’Or, Lausanne

La Grappe d’Or à Lausanne est une adresse mythique qui est aujourd’hui connue pour sa cuisine d’inspiration italienne depuis qu’il a été repris, je crois en 2006, par le Lausanne Palace sous le nom de la Grappa, mais il a aussi été avant et pendant fort longtemps une table étoilée sous la direction de P. Baermann. La Grappe d’Or a été reprise en 2018 par L. Bigler (Great Escape). Il est noté 14/20 par le Gault & Millau (2022).

Le restaurant a pas mal changé. J’ai encore souvenir d’un lieu, presque une maison, un salon très bourgeois, lourdement décoré, un peu étouffant. C’est maintenant beacuoup plus alléger tout en gardant le fond un peu rustique, intimiste et chaleureux avec des touches modernes.Il est ouvert du mardi au vendredi et samedi soir, horaires coupés, fermé les dimanches, les lundis et les samedis midis.

Une carte de mets d’inspiration franco-italiennne avec des petites touches fantaisistes.

Exemple de prix :
– salade verte et pousse (9 chf)
– agnolotti à la piémontaise (18 chf)
– civet de chevreuil (48 chf)
– San Pellegrino 50 cl. (5 chf)

20 octobre 2022.

Repas de midi, seul, sans réservation. 

Le service était rapide, sympathique,

En entrée, un ceviche de bar aux litchis et citron vert (24 chf), sauce légère à la courge et pousses de radis.

Une combinaison d’ingrédients étonnante, mais qui au final, marche assez bien. Les goûts étaient équilibrés, fins, subtils. Des textures agréables en bouche.  

Le N°6, Vevey

Suivi d’une seconde entrée avec le carpaccio de cerf (20 chf), fleur de sel fumée aux épices, huile d’olive vierge, épinards et parmesan.

Le cerf était tendre, juteux et fin. Il était généreusement garni, un peu trop de parmesan pour moi.

Le N°6, Vevey

Le tartare de bœuf à l’huile d’olive et poivre valle Maggia (22 chf), vinaigrette automnale, petits champignons marinés aux herbes.

Un tartare qui m’a beaucoup plu. Bonne taille, petits dés, de la mâche, bien assaissonné. Très plaisant.

Le N°6, Vevey

Pour terminer, le traditionnel tiramisu (14 chf). Il était bon, classique, généreux, onctueux et aéré. pas trop corsé, très légèrement alcoolisé, mais on ne sent quasi rien.

Le N°6, Vevey

Pour résumer, un établissement assez réputé avec sa clientèle et ses habitués, un peu de peine à franchir la porte, mais une fois dedans, tout c’est bien passé.

3 entrées, 1 dessert, 1 minérale : ~ 85 chf. pour une personne.

La Grappe d’Or
Rue Cheneau de Bourg 3
1003 Lausanne
+41 21 311 39 70
www.la-grappe.ch

Crédit photo : foodaholic

Charme Thaï, Denens

Le Charme Thaï à Denens est un restaurant thaïlandais à Denens et qui a acquis une forte bonne réputation dans la région depuis des années, il a su séduire la population locale et attirer les amoureux de la cuisine thaïlandaise dans une commune comme Denens. L’établissement a été repris par Vicky et Tony depuis juin 2022 qui ne sont pas totalement des inconnus, puisqu’ils étaient les propriétaires du Golden Mango, un petit traiteur restaurant qui a vite séduit les Lausannois.

La commune de Denens est situé près de Morges accessible avec le bus 726 qui relie Morges (gare) à Denens (Cigogne) en 13 minutes, puis l’établissement est cinq petites minutes de marche. Le restaurant possède également sept places privées et divers parkings sont à proximité.

Le restaurant est de taille moyenne, une salle de 40 couverts et une terrasse de 30 couverts. Un joli cadre typé thaï en blanc, noir et or, assez lourdement décoré. Ils sont ouverts du mardi au dimanche, midi et soir, fermés les dimanches soir et les lundis.

La carte est sympathique, entrées classiques, potages, salades, puis les currys et les plats sautés.

Exemple de prix :
– salade de papayes (17 chf)
– nouilles sautées aux crevettes (27 chf)
– Henniez 100 cl. (9.80 chf)
– Singha 33 cl. (6.80 chf)
– café (4 chf)

Charme Thaï, Denens

16 septembre 2022.

Vendredi soir, 5 personnes avec réservation. Repas entre amis avec Kohji qui était le premier chef du Palace Sushi Zen, son ami qui gère Kurukuru, un groupe FB répertorie les événements japonais en Suisse Romande et les patrons de MarutCha. C’était très animé et bruyant, il y avait beaucoup de commande à l’emporter, la salle était à deux tables près, pleine.

Navré pour les photos très jaunes, une fois le soleil couché, l’éclairage de la salle était fortement inamicale pour les photos.

En entrée, j’ai partagé une salade de porc haché (15 chf) et un assortiment d’entrées (17 chf p.p / min. 2 pers.). Mes amis ont également pris la salade de porc haché et une salade de papaye (17 chf).

La salade de porc était bonne, il y avait de l’échalote, de la menthe, de la citronnelle, c’était bien acidulé et surtout très poivré.

L’assortiment était composé de rouleaux de printemps, raviolis frits au porc et crevette, crevettes panées, galettes de porc haché au curry et légumes, puis poulet cuit en feuilles de pandanus, ce dernier était sec, mais le reste était plutôt bon.

J’ai été très surpris par le parfum des épices qui étaient fort agréable, vraiment différent des raviolis ou rouleaux mangés dans la plupart des restaurants.

Charme Thaï, Denens
Charme Thaï, Denens

En plat, j’ai pris un boeuf sauté (29 chf) à l’ail et au poivre avec un bol de riz parfumé (3 chf) et aussi partagé des aubergines sautées (18 chf) à l’ail, piment et basilic.

Le boeuf était bon, même très bon, une viande bien cuite, tendre et juteuse, une sauce abondante qui sentait bien l’ail et le poivre. Les aubergines étaient bonnes, fondantes.

Mes amis ont pris des nouilles de riz fraîches sautées aux crevettes (27 chf), au poulet (26 chf), des liserons sautés (18 chf), un bol de riz gluant (4 chf).

Charme Thaï, Denens
Charme Thaï, Denens

En dessert, nous avons pris une coupe danemark (12 chf), un colonel (14 chf), une mangue fraîche au riz collant (15 chf). J’ai pris comme d’habitude pour faciliter ma digestion, une boule de glace citron-yuzu (4.50 chf).

Le patron nous a offert des khanom sot sai, un dessert thaïlandais à base de noix de coco et riz. Vite présenté, c’est une sorte de pâte de riz cuit à la vapeur, farci à la noix de coco et enrobé dans une feuille de banane. C’était assez sucré, collant, visqueux, glissant, pas vraiment facile à manger proprement et de manière élégante.

Pour résumer, c’était bien, un bon repas avec des épices aux goûts prononcés, une qualité au-dessus de la moyenne. Ils méritent leur réputation.

5 entrées, 6 plats, 2 riz, 4 desserts, 2 minérales, 3 bières : ~ 320 chf. pour cinq personnes.

Charme Thaï
Route Cantonale 10
1135 Denens
+41 21 802 01 03
www.charmethai.ch

Crédit photo : foodaholic

Le Pavillon, Vevey

Le Pavillon à Vevey est l’un des restaurants de l’Hôtel Astra qui propose plusieurs zones de consommation. La Brasserie historique, La Coupole 1912, le jardin d’hiver Le Pavillon et le Lobby-Bar & Lounge.

Pile en face de la gare, l’hôtel est situé à vingt mètres de la sortie . Le Parking de la gare aussi juste à côté, difficile de faire plus près.

La Coupole, Le Pavillon, l’espace bar et lounge ainsi que la terrasse sont tous côte à côte. Le Pavillon avec une trentaine de places est entièrement bordé de baies vitrées ce qui donne un endroit très lumineux, .

Tout ce petit monde est ouvert tous les jours de 8h à  23h, Horaires de cuisine coupés, mais il y a une petite carte entre 12h et 18h.

La carte propose des plats traditionnels suisses et de brasserie. Il y a des suggestions de la semaine (plat du jour), carte brasserie, un menu dégustation, propositions de saison et la petite carte.

Exemples de prix : plat du jour (24.50 chf), salade caesar (19.50 chf), planchette du terroir (24 chf), filets de perches des Alpes (43.50 chf), émincé de veau zurichois (40.50 chf), mousse au chocolat (14.50 chf), Coca 33 cl. (5.20 chf) Henniez 75 cl. (9.30 chf), café (4.20 chf).

Repas du 11 juin 2022

Comme d’habitude et pour ne pas changer, je suis venu en train, pourquoi s’en privé, Le trajet Lausanne Vevey ne prend qu’un quart d’heure.

Repas avec un ami qui a réservé pour 13h30. Un peu tard, mais sachant qu’ils restent ouverts l’après-midi, c’était un choix pratique pour manger tardivement et sans se presser.

En entrée, j’ai jeté mon dévolu sur le carpaccio de filet de boeuf (21.50 chf ) mariné à la sauce ponzu, pickles d’oignons, rucola et croustillants de fromage.

Bien, il était bon, une jolie entrée légère, colorée et pleine de goûts. Un plat simple, mais assez travaillée avec les croustillants, les pickles, les perles de tomates ? Par contre,  je n’ai pas senti le goût de l’agrume dans la marinade au yuzu,

Le Pavillon, Vevey

Mon ami a choisi en entrée, le duo d’asperges blanches et vertes (21.50 chf) avec à choix sauce hollandaise ou beurre fondu. Oh purée, c’était sacrément bien servi. J’ai bien rigolé lorsque j’ai vu sa portion « entrée ».

Le Pavillon, Vevey

En plat, j’ai pris le pavé de saumon Swiss Lachs en croûte de fines herbes (34.50 chf), pommes nature et asperges vertes et blanches, sauce hollandaise.

Une assiette plutôt sympathique et bien servie. Le saumon était bon, mais un petit peu trop cuit alors que je leur ai demandé de ne pas trop le cuire. La sauce était bonne, épaisse et onctueuse. Les pommes de terre bien cuites. Généreusement servies, les asperges étaient bonnes, mais les blanches étaient un peu trop filandreuses.

Le Pavillon, Vevey

L’Astra Royal Burger (25.50 chf) que mon ami a choisi en plat était un steak haché de bœuf de nos Monts (CH) maison, gratiné au Vacherin Fribourgeois AOP et accompagné de pommes frites de notre région.

Un burger qui m’a paru sympathique, mais pas facile à manger, car le mélange de jus, sauce et fromage fondu coulait abondamment de partout. Sur la photo, c’est plutôt propre, mais quand il a commencé à manger, c’est vite devenu vite « sale », dégoulinant, plein les mains, de plus, la viande un peu trop apparemment trop ferme, un peu trop cuite.

Le Pavillon, Vevey

Pour résumer, un endroit bien situé, une carte sympathique, des prix s’approchant d’une brasserie « de luxe », les boissons sont un peu chères, mais j’ai bien aimé le service attentionné et sympathique.

Le Pavillon
Hôtel Astra
Place de la Gare 4
1800 Vevey
+41 21 925 04 04
www.astra-hotel.ch

Crédit photo : foodaholic