Palace Sushizen, Lausanne

Le Palace Sushizen à Lausanne est un restaurant japonais issu d’un partenariat entre la célèbre enseigne Sushizen et l’hôtel Lausanne Palace. Ouvert en 2007, ils ont vite su se faire un nom au milieu des gastronomes et amateurs de sushis avec des sushis « modernes ». Il est mentionné dans le Guide Michelin (2022).

Sushizen est une grande entreprise de sushis établie dans la région depuis de nombreuses années. Ils ont commencé à Epalinges avec un point de vente et lieu de production, puis une succursale à la rue Etraz à Lausanne. Maintenant, ils ont une usine de production, des points de vente dans de nombreuses villes, deux restaurants et un service de livraison.

Le Palace Sushizen est situé au centre-ville, à deux pas de la Place St-François, à proximité de nombreux transports en commun : bus, métro et train. L’hôtel possède son propre parking et en face il y a celui de Saint-François, tous deux sont payants.

Ils sont ouverts du mardi au samedi, fermés les dimanches et les lundis. Horaires coupés. Vente à l’emporter.

L’établissement est de taille moyenne d’une cinquantaine de couverts avec une terrasse. Le cadre est moderne et lumineux avec de grandes baies vitrées, un mobilier en bois, des tons noirs, gris et rouges. Une décoration assez neutre avec quelques objets rappelant le Japon.

La carte propose cuisine japonaise traditionnelle et fusion avec des propositions assez modernes et audacieuses, des combinaisons extraordinaires. Des mariages surprenants il y a 15 ans, un peu moins atypiques de nos jours, mais toujours sympathiques.

Exemples de prix : offres à midi (31 à 52 chf), kaiso salad (12 chf), soupe miso (7 chf), carpaccio de thon (21 chf), udon boeuf (24 chf), nigiris saumon, 2 pces. (10 chf), sashimi mixte (35 chf), San pellegrino 50 cl. (8 chf), café (5 chf).

Palace Sushi Zen, Lausanne

28 décembre 2022.

Mercredi, 12h00, en solo avec réservation.

Et voilà, c’est enfin officiel, la fermeture définitive du Palace Sushizen est annoncée pour le 31 décembre 2022, c’est donc l’occasion pour moi de faire un dernier repas dans ce lieu qui a été à une certaine période mes sushis préférés de Lausanne.

L’annonce publique est récente, mais dans le  milieu, il se savait déjà depuis un certains temps, ce qui explique un peu le laisser-aller de cette année 2022. Il faut l’avouer, le PSZ était en sérieuse perte de vitesse ces derniers temps : baisse de qualité, changement fréquent de staff, autant en salle qu’en cuisine, vaisselle ébréchée, sans parler d’une bonne hausse de prix comparer à ses débuts. Pour moi, l’âge d’or du PSZ c’était au début avec la toute première équipe.

Pour une fois, j’ai pris un tartare de boeuf (24 chf), histoire de changer un peu d’un repas « full sushis ». Une entrée plutôt sympathique, coupé au couteau, taillé petit. Il faut bien mélanger la sauce miso et BBQ maison avec le tout, car elle était concentrée et le boeuf était nature.

Palace Sushi Zen, Lausanne
Palace Sushi Zen, Lausanne
Palace Sushi Zen, Lausanne

Repas du 13 mai 2022.

Vendredi soir, 19 heures, sans réservation. Un accueil rapide et souriant. Un service sympathique et attentionné. La cuisine était rapide, j’ai commandé en plusieurs fois, peu d’attente.

Pour une fois, j’ai pris un tartare de boeuf (24 chf), histoire de changer un peu d’un repas « full sushis ». Une entrée plutôt sympathique, coupé au couteau, taillé petit. Il faut bien mélanger la sauce miso et BBQ maison avec le tout, car elle était concentrée et le boeuf était nature.

Palace Sushi Zen, Lausanne

Repas du 13 mai 2022.

Vendredi soir, 19 heures, sans réservation. Un accueil rapide et souriant. Un service sympathique et attentionné. La cuisine était rapide, j’ai commandé en plusieurs fois, peu d’attente.

Pour une fois, j’ai pris un tartare de boeuf (24 chf), histoire de changer un peu d’un repas « full sushis ». Une entrée plutôt sympathique, coupé au couteau, taillé petit. Il faut bien mélanger la sauce miso et BBQ maison avec le tout, car elle était concentrée et le boeuf était nature.

Palace Sushi Zen, Lausanne

Repas du 13 mai 2022.

Vendredi soir, 19 heures, sans réservation. Un accueil rapide et souriant. Un service sympathique et attentionné. La cuisine était rapide, j’ai commandé en plusieurs fois, peu d’attente.

Pour une fois, j’ai pris un tartare de boeuf (24 chf), histoire de changer un peu d’un repas « full sushis ». Une entrée plutôt sympathique, coupé au couteau, taillé petit. Il faut bien mélanger la sauce miso et BBQ maison avec le tout, car elle était concentrée et le boeuf était nature.

Palace Sushi Zen, Lausanne

Les nirgiris et gunkans à la carte se commandent par paire. Ils étaient malheureusement un peu décevants. Des nombreuses fois où j’ai pu manger chez eux, ce repas n’était pas l’un des plus mémorables.

Le maquereau mariné (9 chf) n’était vraiment pas au top. La chair était complètement cuite, sèche au lieu d’être lisse et fondante. C’est bien la première fois qu’il était à ce point décevant.

Le thon gras (18 chf) avait un joli aspect, mais très nerveux et sans trop de goûts, le morceau qui avait été utilisé aurait plus adapté pour un negitoromaki.

La seiche (9 chf), les gunkans boeuf-oeuf de caille (13 chf) et oursin-oeuf de caille (20 chf) étaient corrects, bons, mais ils avaient un aspect un peu moins soigné que d’habitude, moins généreux aussi.

Celui qui s’en ait le mieux sorti, c’était les nigiris anguille-camembert (15 chf). je trouve que ces deux produits se marient très bien ensemble.

Palace Sushi Zen, Lausanne

Les sashimis à la carte, qui se commandent par trois tranches, sont une idée sympathique qui me plait bien, mais qui peuvent vite s’avérer onéreux.

Le thon gras (18 chf) avait le même problème que celui servi en nigiris : dur et nerveux.

Le maquereau mariné (13 chf) était pareil au nigiri, probablement découpé dans le même filet trop cuit.

La sériole (13 chf) était bonne, pleine de goût avec une chair ferme.

Palace Sushi Zen, Lausanne

J’ai testé pour la première fois le carpaccio de boeuf wagyu (33 chf). Il était bon, mais il faut avoir un attrait pour le côté cru persillé du gras, je pense que légèrement flambé, il ne serait que meilleure. À tester une fois pour la curiosité.

Le contenu de l’assiette n’avait rien à voir avec l’intitulé écrit dans le menu : « Accompagné d’une purée de pommes vertes, raifort et julienne de légumes ». Ce n’est vraiment pas à jour.

Palace Sushi Zen, Lausanne

Pour résumer, je mange chez eux depuis l’ouverture, presque quinze ans !, c’était au début très bon, mais ces dernières années, les prix ont augmentés et la qualité a baissé et en plus en dents de scie.

On peut être tolérant, mais quand on facture à des prix relativement élevés, il y a des limites, deux cents francs pour une personne en sushis et autres, ce n’est pas rien.

Autres repas : 10 et 2 février 2022, 23 décembre 2021

Palace Sushi Zen
Rue du Grand-Chêne 7-9
1002 Lausanne
+41 21 331 39 88
www.lausanne-palace.ch
www.sushizen.ch
www.sushizen.shop

Crédit photo : foodaholic

La Bruschetta, Lausanne

La Bruschetta à Lausanne est un restaurant italien qui possède une bonne réputation. Ouvert en 1995 sous le nom de Le Fiacre, 1999, il a changé le nom en Bruschetta avec jusqu’à ce jour, toujours le même patron. Il est situé à quelques minutes de la gare, souvent très fréquenté, beaucoup d’habitués, l’établissement existe depuis plus de vingt ans, tenu par le même patron avec des serveurs présent depuis de nombreuses années, c’est assez rare et plutôt bon signe.

L’établissement est très grand, véranda, sur deux étages, four à bois pour les pizzas, cuisine semi-ouverte, il y a facilement au moins soixante à huitante couverts. Climatisé, propre, bien entretenu.

La carte est classique, pizzas, pâtes et risotto, quelques viandes et poissons, des suggestions de saison et des plats du jour.

Exemple de prix :
– pizza Emiliana (24 chf)
– Coca Cola 33 cl. (5 chf)
– bière Moretti 50 cl. (7.50 chf)
– café (3.90 chf)

15 décembre 2022.

Jeudi, 11h45, en solo, sans réservation.

Il y avait du monde, beaucoup de monde, de nombreuses pizzas à l’emporter et quelques clients sans réservation refusés.

Un service sympathique, décontracté, amicale, quatre personnes en salle,

Petite bruschette de tomate croustillante et parfumée en amuse-bouche.

En entrée, un carpaccio de boeuf (19.50 chf) garni de quelques copeaux de parmesan et d’une petite poignée de roquette. Pour moi, c’était équilibrer, pas de surabondance de garniture, juste assez pour une entrée.

Un carpaccio très honorable, bon, plaisant. Des tranches bien rondes, pas trop fines, juteuses, sans excès d’humidité. il a plutôt été bien préparé, car pour avoir un carpaccio bien rond et régulier, il faut rouler une viande en boudin, congeler et couper à la trancheuse.

Souvent, dans les restaurants, la viande est servie trop froide, voire glacée ou avec un goût d’eau surgelé. Le carpaccio a mis un certain temps pour sortir de cuisine, surement trop long, pourrait dire certains, mais au moins, il l’a été dans de bonnes conditions.

La Bruschetta, Lausanne

En plat, j’ai pris des scaloppines de veau au citron et risotto (36.50 chf). Un plat que je prends assez souvent chez eux. La viande est tendre, goûtue, c’est gourmand, pas trop copieux.

La Bruschetta, Lausanne

Pour résumer, un restaurant italien solide et réputé, réservation conseilée. Excellente pizzas et très bon service.

1 entrée, 1 plat, 1 minérale, 1 café : ~ 65 chf. pour une personne.

La Bruschetta
Avenue de la Gare 20
1003 Lausanne
+41 21 312 57 34

Crédit photo : foodaholic

La Grappe d’Or, Lausanne

La Grappe d’Or à Lausanne est une adresse mythique qui est aujourd’hui connue pour sa cuisine d’inspiration italienne depuis qu’il a été repris, je crois en 2006, par le Lausanne Palace sous le nom de la Grappa, mais il a aussi été avant et pendant fort longtemps une table étoilée sous la direction de P. Baermann. La Grappe d’Or a été reprise en 2018 par L. Bigler (Great Escape). Il est noté 14/20 par le Gault & Millau (2022).

Le restaurant a pas mal changé. J’ai encore souvenir d’un lieu, presque une maison, un salon très bourgeois, lourdement décoré, un peu étouffant. C’est maintenant beacuoup plus alléger tout en gardant le fond un peu rustique, intimiste et chaleureux avec des touches modernes.Il est ouvert du mardi au vendredi et samedi soir, horaires coupés, fermé les dimanches, les lundis et les samedis midis.

Une carte de mets d’inspiration franco-italiennne avec des petites touches fantaisistes.

Exemple de prix :
– salade verte et pousse (9 chf)
– agnolotti à la piémontaise (18 chf)
– civet de chevreuil (48 chf)
– San Pellegrino 50 cl. (5 chf)

20 octobre 2022.

Repas de midi, seul, sans réservation. 

Le service était rapide, sympathique,

En entrée, un ceviche de bar aux litchis et citron vert (24 chf), sauce légère à la courge et pousses de radis.

Une combinaison d’ingrédients étonnante, mais qui au final, marche assez bien. Les goûts étaient équilibrés, fins, subtils. Des textures agréables en bouche.  

Le N°6, Vevey

Suivi d’une seconde entrée avec le carpaccio de cerf (20 chf), fleur de sel fumée aux épices, huile d’olive vierge, épinards et parmesan.

Le cerf était tendre, juteux et fin. Il était généreusement garni, un peu trop de parmesan pour moi.

Le N°6, Vevey

Le tartare de bœuf à l’huile d’olive et poivre valle Maggia (22 chf), vinaigrette automnale, petits champignons marinés aux herbes.

Un tartare qui m’a beaucoup plu. Bonne taille, petits dés, de la mâche, bien assaissonné. Très plaisant.

Le N°6, Vevey

Pour terminer, le traditionnel tiramisu (14 chf). Il était bon, classique, généreux, onctueux et aéré. pas trop corsé, très légèrement alcoolisé, mais on ne sent quasi rien.

Le N°6, Vevey

Pour résumer, un établissement assez réputé avec sa clientèle et ses habitués, un peu de peine à franchir la porte, mais une fois dedans, tout c’est bien passé.

3 entrées, 1 dessert, 1 minérale : ~ 85 chf. pour une personne.

La Grappe d’Or
Rue Cheneau de Bourg 3
1003 Lausanne
+41 21 311 39 70
www.la-grappe.ch

Crédit photo : foodaholic

Le Rivage, Lutry

Le Rivage à Lutry est un café restaurant traditionnel proposant une cuisine locale et de saison et bénéficiant du Label Fait Maison (2022), il est situé au bord du Lac Léman dans l’hôtel portant le même nom.

C’est un très joli restaurant, grand, disposant de deux salles, un côté restaurant, un coin café et aussi de deux terrasses avec vue directe sur le lac, les montagnes et les bateaux amarrés. Il y a environ quarante places au restaurant, une vingtaine dans le café et j’imagine facilement huitante sur les terrasses. Le cadre est charmant, chaleureux, esprit bistrot, plutôt chic avec des jolis volumes. Un mobilier en bois sombre avec un sol et murs clairs avec de nombreux petits tableaux.

La table est ouverte tous les jours, midi et soir (fermée les lundis de novembre à mars). La terrasse et le café est ouverte tous les jours toute la journée.

Une carte bien fournie changeant au fil de saison avec lundi soir des grillades (uniquement) et brunch le dimanche.

Exemple de prix :
– salade aux crudités d’automne (9 chf)
– boeuf braisé (32 chf)
– filet de perche meunière (48 chf)
– minérale filtrée 50 cl. (4.50 chf)

Le Rivage, Lutry

6 octobre 2022.

Cela fait un bout de temps que je voulais retourner chez eux. Guettant le menu qui me ferait envie, malheureusement celle du printemps et de l’été ne me tentaient guère, mais celle d’automne, m’a fait tilt : carpaccio, poisson, pigeon.

Jeudi midi, seul, sans réservation. Je suis arrivé peu avant midi, j’étais presque le premier client.

Au service, trois personnes au début, puis à la fin du repas, j’ai bien dû avoir à faire avec cinq personnes. C’était sympathique, parfois attentionné, mais aussi un peu brouillon avec des petites fautes par-ci, par-là sans trop de gravité : le serveur avait oublié quelle était l’une de mes entrées, mes deux entrées étaient servies en même temps, on me verse de l’eau gazeuse dans mon verre d’eau plate alors que les deux eaux ont été servies par le même serveur, le panier de pain debarrassé avant le plat principal.

Pour patienter, quelques popcorns. Petite attention originale, c’est bien la première fois.

Le Rivage, Lutry

En entrée, du brochet en gravlax, féra en escabèche, truite du Valais grillée (24 chf) accompagné d’une bisque épicée, petits légumes et tartine de rouille,

J’ai bien aimé les légumes et surtout la bisque, bonne et servie en quantité très abondante, mais les poissons étaient trop cuits pour moi, c’était sec et passablement salé.

Le Rivage, Lutry
Le Rivage, Lutry

En entrée également, carpaccio de cerf fumé à la châtaigne (28 chf), gel à la feuille de figuier, vinaigrette aux noisettes. L’avantage des carpaccios, c’est qu’il n’y a pas de risque avec la cuisson. C’était plutot bon, bien servi, dressé façon mille-feuilles.

Le Rivage, Lutry

En plat, un pigeon rôti sur coffre (48 chf), pastilla et déclinaison de topinambour. J’adore le pigeon, mais là, l’appétit s’était un peu envolé, car il était un peu trop cuit et surtout trop sec pour moi, même le gras de la peau avait totalement disparu. Par contre, j’ai trouvé très sympa la déclinaison de topinambour, en purée, rôti et je pense poêlé. J’ai beaucoup aimé la façon rôti avec un petit côté amer tout en ayant un gout doux, presque sucré. La pastilla bien croustillante était sympa aussi, 

Le Rivage, Lutry

En dessert, une panna cotta vanille, chantilly à la courge (12 chf), crumble de noisettes et graines de courge caramélisée. Au final, c’était peut-être le plat le mieux réussi. Une panna cotta plus onctueuse que ferme, presque liquide. Une chantilly aérée, mais on y sentait bien toute la rondeur de la crème. Le crumble était délicieux.

Le Rivage, Lutry

Pour résumer, mis à part un petit manque d’attention et de suivi du service, bien qu’un peu déçu du repas, le repas a été plutôt sympa, mais je m’attendais à mieux, peut-être que j’avais trop d’attente, en tout cas, le dessert était très bon.

Si vous avez le temps, profiter de faire une balade aux bords du lac à Lutry, c’est si joli, c’était d’ailleurs assez fréquenté.

Le Rivage, Lutry
Le Rivage, Lutry

Le Rivage
Hôtel du Rivage
Rue du Rivage 1
1095 Lutry

+41 21 796 72 73
wwww.hotelrivagelutry.ch

Crédit photo : foodaholic

La Poesia, Lausanne

La Poesia est un restaurant italien à Lausanne qui propose une cuisine italienne moderne notée 14 au Gault & Millau en 2022. Il a fait partie de cette vague de restaurants italiens semi chic ouverts en quelques années comme le St-Paul, Amici, Ulivo, Gigio, Cucina 41, Osteria Balsamico, etc. Si certains ont bien réussi, d’autres peines ou ont carrément fermé.

L’établissement est situé dans le quartier de Malley, pas très loin du giratoire, proche de la station de métro, nous sommes seulement à quelques minutes du centre,  il y a quelques places privées pour les clients en voiture.

Le quartier ne paie pas de mine, c’était il y a longtemps une sorte de zone industrielle, entreprises, abattoir, proche des grands axes routier, une sortie autoroute à proximité, il y a donc beaucoup de circulation, mais les nombreux aménagements de ces 20 dernières années ont amélioré le quartier.

Le restaurant est sympathique, assez grand, environ 50 places à l’intérieur et une terrasse. Un décor aux styles multiples, c’est un peu chaotique, mais agréable, un mélange contemporain, moderne, des tableaux aux murs, des caisses de vin recyclées en mobilier, une ventilation apparente, les tables sont joliment dressées, mais un peu trop simple par moment, comme ces chaises en plastique, il faudrait au moins un petit coussin.

La carte est appétissante, elle m’a bien plu. Je n’ai pas l’impression qu’elle a beaucoup changée au fil des ans. Elle propose des plats italiens classiques : charcuteries, pâtes, viandes et poissons. Il y a une jolie sélection de viandes grillées. souvent pour deux personnes, les pièces pour une personne font quand même 350 grammes.

Exemple de prix :
– salade verte (9 chf)
– sélection de charcuteries, 2 pers. (27 chf)
– paccheri au ragoût napolitain (21/29 chf)
– côte de veau, 350 gr. (58 chf)
– San Pellegrino 50 cl. (5.50 chf)
– café (3.80 chf)

La Poesia, Lausanne

2 septembre 2022

Repas un vendredi midi, seul, sans réservation. je suis arrivé un peu avant 12 heures.

Trois personnes en salle, un service sympathique, ambiance décontractée, Il faisait beau, donc les clients ont, j’imagine, privilégié la terrasse qui était probablement pleine, alors que c’était moyennement bien rempli à l’intérieur.

Le menu du jour ne me disait rien, je ne suis pas amateur de pâtes et pas en état pour une viande de 350 grammes. Je suis donc parti pour trois entrées et un dessert si j’ai encore faim.

On commence tranquille avec une petite mise en bouche : foccacia tiède garnie de tomate cerise fondante et d’une fine tranche de mortadelle, le tout bien imbibé d’huile d’olive.

La Poesia, Lausanne

En première entrée, le carpaccio de la Méditerranée (25 chf) était composé de daurade, loup de mer, thon, gingembre et divers légumes. C’était sympa, correct, frais, coloré. Généreusement arrosé d’huile d’olive, sans assaisonnement, mais à disposition à proximité. Le gingembre était plutôt doux, il n’avait pas ce côté piquant, donc probablement mariné. Les pousses de betteraves, c’est joli, mais immangeable pour moi, du moins pas en cette quantité.

La Poesia, Lausanne

Seconde entrée avec un vitello tonnato (25 chf) sous forme de fines tranches de veau roulées et farcie d’un mélange de salades, napée d’une sauce au thon et garnie de fleurs de câpres, citron, aneth, persil plat, cerfeuil.

Généreux, assez copieux, c’était encore une fois bien dressé, mais j’ai trouvé dommage d’avoir laissé les pépins dans le citron alors qu’ils se donnent la peine de les fileter, de plus c’était trop acide, car les câpres apportaient déjà une touche acide suffisante. La sauce était très bonne, épaisse, mais assez liquide, une jolie consistante, légère.

La Poesia, Lausanne

Troisième et dernière entrée avec un fritto misto (25 chf) de gambas, calamars, oignons rouges, courgettes et aubergines.

C’était bon, copieux, mais une main un peu lourde avec le sel. La friture était fine et croustillante. Les gambas très bien cuites avec une chair tendre. Le velouté à l’encre de seiche au citron mentionné dans l’intitulé du plat consiste en faite à une mayonnaise.

La Poesia, Lausanne

Avec un peu de peine, mais en prenant mon temps, j’ai quand même réussi à venir à bout de mes trois entrées. Je me suis donc laissé tenter par un dessert, une panna cotta (12 chf) aux fruits rouges.

Elle était correcte, bonne. La texture était assez dense, un peu collante, pas trop sucrée. Un coulis de fruits rouges épais.

La Poesia, Lausanne

Pour résumer, c’était un bon repas, la carte est à mon goût, les portions sont généreuses, même un petit peu trop ! Néanmoins, je comprend pourquoi ils ont du succès.

Dommage pour moi que le quartier de Malley n’est pas vraiment un endroit où j’ai souvent l’occasion de venir. 

Trois entrées, un dessert, une minérale, un café : ~ 95 chf. pour une personne.

La Poesia
Avenue du Chablais 53
1007 Lausanne
+41 21 525 55 85
www.lapoesia-restaurant.ch

Crédit photo : foodaholic