Tao Yuan, Vevey

Premier repas au Tao Yuan à Vevey qui est un restaurant chinois tenu par la même famille depuis 2000. Il est situé à quelques minutes de la gare, c’est un petit restaurant familial, une carte classique, des prix dans la moyenne supérieure.

L’établissement est assez petit avec environ une quarantaine de places. Je devine que les lieux ont été rénovés, il y a quelques années. Un cadre plutôt atypique pour un restaurant chinois, car c’est un style assez occidental, simple et contemporain, mobilier sobre, des tons foncés, tout en gardant de belles décorations chinoises comme cette réplique d’un habit de l’empereur mis en valeur dans un tableau cadre géant. Ils sont ouverts du lundi au samedi, horaires coupés, fermés les dimanches.

La carte est assez sympathique, très classique avec quelques petites surprises, rien d’exceptionnel en soi, mais qui peuvent faire plaisir comme des cuisses de grenouille, une sole vapeur ou simplement une omelette aux oignons.

Exemple de prix :
– rouleau de printemps (8 chf)
– potage aigre piquant  (9 chf)
– boeuf croustillant (28 chf)
– Coca-Cola 33 cl. (4.80 chf)
– thé, théière. (5 chf)
– café (3.80 chf)

17 décembre 2022.

Samedi, 12h00, en solo, sans réservation.

Pas grand monde à mon arrivée, mais la salle s’était rempli peu à peu. Trois personnes en salle dont la patronne, un service sympathique, souriant, bilingue.

Les classiques chips de crevettes en mise en bouche.

En entrée, j’ai pris des nems (15 chf), 4 rouleaux (farine de riz) farcis au porc et légume, servie avec de la menthe et des feuilles de salade type laitue que je préfère plus pratique que la iceberg, car plus facilement enroulable autour du nem.

C’était excellent avec le petit plus. Cela faisait longtemps que je n’avais pas eu le petit « tient, c’est particulièrement bon ? ». Les rouleaux étaient légers, croustillants, presque aériens. La farce était bonne, mais un peu « maigre et sèche » à mon goût, je préfère quand il y a une viande un peu plus de grasse.

La Bruschetta, Lausanne

En entrée, j’ai aussi pris des calamars frits (15 chf), plus par envie, par gourmandise que par faim. Une texture ferme et souple, enrobage croustillant, des goûts légèrement relevés, j’aime beaucoup ce genre de combinaison.

C’était bon, gourmand et plutôt copieux. De bonnes grosses lamelles de calamar bien épaisses, pas toujours facile à manger avec des baguettes, ça glisse un peu.

La petite salade qui accompagnait le plat était composée de chou et de carotte avec une sauce vinaigrette et sésame, sympa, mais je n’en suis pas fan.

La Bruschetta, Lausanne

En plat, une sole vapeur au soja (38 chf) avec un riz nature (3.50 chf). J’étais très content de voir ce plat à la carte, surtout à 38 francs, qui est une affaire comparé Au Canard Pékinois (50 chf) ou au Dong Fang (58 chf).

J’ai apprécié que l’on me propose avec ou sans arrêtes, cela n’arrive pas souvent dans les restaurants chinois. Malheureusement, le plat en soi était un peu décevant. Déjà les morceaux de poireaux crus, ça fait très cheap, autant ne rien mettre. Le souci était la chair, je l’ai trouvé dense, trop ferme, compacte, c’était une sensation peu agréable en bouche, je ne pense pas que cela soit un problème de cuisson, mais je m’attendais plus à une chair tendre et moelleuse. Par contre, j’ai été surpris par la sauce soja, plutôt agréable, parfumée, corsé, avec un goût de champignons ou noix de saint-jacques.

Il est certainement peu probable que l’on utilise une belle sole de ligne de Bretagne, mais plus une espèce de sole bien plus abordable, ce qui n’est pas une excuse, car on peut sortir d’excellent poissons vapeur avec une simple et bête daurade d’élevage de Grèce à moins de 10 frs./kg.

La Bruschetta, Lausanne

Pour résumer, la sole vapeur est à oublier, mais les nems valent le détour, en plus le cadre et le service très occidentaux plairont surement à certains.

2 entrées, 1 plat, 1 thé, 1 café : ~ 80 chf. pour une personne.

Tao Yuan
Rue de la Clergère 2
1800 Vevey
+41 21 921 20 33
www.restaurant-chinois-tao-yuan.ch

Crédit photo : foodaholic

Chinatown, Lausanne

Le Chinatown est un très ancien restaurant chinois à Lausanne qui a ouvert en 1985, il y a de fortes chances que le patron actuel soit celui d’origine, mais je n’en suis pas certain. C’est un établissement très bien situé dans l’hypercentre, accessible, joli cadre asiatique propre et bien entretenu, une carte classique, des prix moyens supérieurs.

Le restaurant est assez grand avec au moins soixante couverts et une jolie terrasse. Le cadre est assez typé, très chinois, des tons sombres en bleu, rouge et noir, bien entretenu au fil des ans, c’est propre. Ils sont ouverts du lundi au samedi, horaires coupés, fermés les dimanches.

La carte met en avant une cuisine fait maison avec des vins de la région. Plats du jour, assiettes de la semaine, menu lunch à composer.

Exemple de prix :
– rouleaux de printemps  (7 chf)
– poulet basilic (27 chf)
– nouilles sautées aux légumes (19 chf)
– Coca Cola 50 cl. (5.50 chf)
– café (3.70 chf)

6 décembre 2022.

Mardi midi, en solo, 12h45, sans réservation.

Sans savoir pourquoi, je ne suis pas venu souvent chez eux, c’est pourtant très bien placé et j’avais beaucoup, mais vraiment beaucoup l’opportunité d’y aller.

Un service asiatique, sympathique, parlant francophone, c’était correct,

En entrée, une entrée du jour,  un nem (5 chf). Il était petit avec une farce un peu sèche, mais aussi moins gras, probablement fait maison. Feuille de salade iceberg bien fraîche, feuilles de menthe,

Il était vraiment petit, moité moins volumineux que les industriels. Pour une thune, certains diront que c’est extrêment cher, certains diront être prêts à payer plus pour du fait maison.

Chinatown, Lausanne

Parmi les entrées, j’ai remarqué les seiches à l’ail et piment (14 chf) qui m’ont donné envie. Je pensais qu’ils seraient frits, mais c’était un peu idiot, car ce n’était pas écrit. Un peu déçu, mais ce n’était pas mauvais, sans être particulier, les seiches qui étaient il me semble des supions, étaient sautés avec un peu d’ail et du piment, mais ce n’était pas du tout piquant.

Chinatown, Lausanne

Surprise avec le boeuf croustillant (30 chf) qui était préparé différemment de la concurrence. D’habitude, ce sont des fils de boeuf presque secs et très croquants. La recette du Chinatown est beaucoup moins croquante, un peu croustillant, parfois un peu trop mou, mais on sent plus le boeuf qui faut un peu mâcher.

Le riz nature (2.50 chf) était plutôt bon, peut-être légèrement sec, une portion correcte.

Chinatown, Lausanne

Pour résumer, je le trouve pas mal, ce n’est pas mon chinois favori, mais il est assez satisfaisant pour y retourner et tester plus profondément le reste de la carte.

2 entrées, 1 plat, 2 riz, 1 minérale, 1 café : ~ 60 chf. pour une personne.

Chinatown
Rue Grand-Saint-Jean 1
1003 Lausanne
+41 21 312 39 34
www.restaurantchinatown.ch

Crédit photo : foodaholic

Au Canard Pékinois, Lausanne

Au Canard Pékinois est un très ancien restaurant chinois de Lausanne qui a ouvert en 1996 et qui n’a jamais changé de tenanciers. Un vieux de la vieille qui sait mener sa barque, car il est toujours là, malgré la pléthore de restaurants chinois existants. Il est aussi l’un des rares restaurants asiatiques à bénéficier du Label Fait Maison.

Le restaurant est situé au centre, à la place Chauderon, facilement accessible à pied, en bus et même en train, la gare est à moins de dix minutes en bus. En voiture, il n’est pas évident de trouver une place à proximité mais au pire, il y a le parking payant de Chauderon.

L’établissement est très grand avec une terrasse donnant sur une cour intérieure. Il y a facilement au moins huitante couverts, voire cent. Le cadre est sympathique, chic, richement décoré, très typé, à la façon des « vieux » chinois comme le Fook Moon, l’Empire du Dragon ou le Dun Huang par exemple. Mobilier en bois, petites tables, grandes tables rondes, chaises ou banquettes, ambiance tamisée, couleurs rouge sombre et dorée. Il y a bien sûr un aquarium comme tout restaurant chinois qui se respecte mais ici, il est sous nos pieds !

La carte est longue, le choix vaste, ce qui n’est pas surprenant pour un chinois. Il y a un très bon choix de dim sum, des plats classiques et particuliers comme la sole entière vapeur, porc rôti « cha shao rou ». le poulet basilic « chiew chow » et leur fameux canard laqué. Il y a un joli choix de plats végétariens et une carte de thés très fournie. Au niveau prix, c’est aussi l’un des plus chers de Lausanne.

Exemple de prix :
– potage aigre-piquant (13 chf)
– boeuf croustillant (34 chf)
– bière pression 50 cl. (8.50 chf)
– Coca Cola 33 cl. (5.30 chf)
– Henniez 75 cl. (9.50 chf)
– café (4 chf)

1er décembre 2022

Jeudi, 12h30, en solo, sans réservation. C’était loin d’être complet, mais il y avait un peu de monde. Je remarque souvent qu’ils ont une clientèle assez agée.

Le service était rapide, souriant, très, très attentionné, toujours prêt à remplir votre verre ou votre théaire, c’était presque gênant.  Il y avait beaucoup de monde au service, cinq ou six personnes ce qui est pas mal compte tenu de l’affluence

En entrée, des rouleaux sam si (15 chf). Ce sont des nems, Des rouleaux à base de farine de riz, farci aux porc et légume.

Ils étaient bons, croustillants, pas trop gras. Feuilles de salade iceberg bien fraîches, pas de menthe. Dommage pour la sauce qui allait avec, liquide, mais surtout fade.

Au Canard Pékinois, Lausanne

En plat, une assiette du jour, du poulet au basilic (22.50 chf).

J’aime beaucoup leur recette. La viande était bien tendre, bien qu’ils utilisent un peu de bicarbonate pour attendrir, car il y a toujours cet aspect un peu lisse en bouche, trop lisse pour être une viande 100% naturel. Quoi qu’il en soit, le goût est excellent, je pense la meilleure recette du coin, un goût bien équilibré, parfois doux, desfois salé, un peu amère.

J’adore également leur sauce piquante. Un mélange de piment et d’ail frit avec de l’huile. Il est croustillant, parfumé, pas trop piquant, ça relève bien les plats sans arraché la gueule ou mettre en sueur.

Désolé pour la photo, elle est dégueulasse, mais elle peut donner une idée de la quantité d’un plat du jour.

Au Canard Pékinois, Lausanne

En dessert, rien de spécial, deux boules de glaces (4 chf), parfums : noix de coco et mocca.

Au Canard Pékinois, Lausanne

Repas du 28 juin 2022

Repas entre amis, 4 personnes, un mardi soir, 19 heures avec réservation. Il y avait un peu de monde à l’ouverture du service, mais loin de la capacité maximum.

En entrée, nous avons pris des rouleaux sam si, 4 pièces (14 chf) et des raviolis vapeur « siu mai » au porc et crevette, 4 pièces (14 chf). Comme d’habitude, c’était très bon.

Au Canard Pékinois, Lausanne
Au Canard Pékinois, Lausanne

En plat, nous avons pris des travers de porc à la pékinoise (30 chf) que j’ai trouvé un peu sec, mais c’est le pêché mignon d’un de mes amis. Le poulet au basilic (33 chf) est l’un des plats favoris de mes deux autres amis et qui est aussi l’une des spécialités de la maison, j’aime beaucoup le goût cette sauce, un mélange équilibré entre un peu d’amertume, sucré et salé, en même temps corsé. Moi, j’ai pris la seiche frite au sel de piment (31 chf) qui est bon, mais pas autant qu’il y a une dizaine d’années. Nous avons accompagné nos plats de riz nature (4.20 chf) et de riz cantonais (5.50 chf). mention spéciale pour leur sauce piquante très parfumée qui n’est pas trop forte et avec beaucoup d’ail frit.

Au Canard Pékinois, Lausanne
Au Canard Pékinois, Lausanne
Au Canard Pékinois, Lausanne

Pour résumer, Au Canard Pékinois reste une excellente alternative au très grand nombre de restaurants chinois actuel qui proposent tous un peu la même chose, vous allez payer un peu plus, mais vous aurez un service, un cadre et une cuisine que je pense mieux que la moyenne.

Au Canard Pékinois
Place Chauderon 16
1003 Lausanne
+41 21 329 03 23
www.au-canard-pekinois.ch

Crédit photo : foodaholic

Canard Pékinois, Lausanne
Canard Pékinois, Lausanne
Canard Pékinois, Lausanne
Canard Pékinois, Lausanne

Mont Blanc 7, Genève

Le Mont Blanc 7 à Genève est un restaurant chinois situé à cinq minutes de la gare de Cornavin et à proximité du croisement entre le Quai et le Pont du Mont-Blanc.

Au même emplacement, il y avait aussi un restaurant chinois, le Hung Wan. Il s’agit selon moi, du même restaurant, car le cadre, la décoration, la carte semble ne pas avoir grandement changé, juste le nom et la société gérante. Je soupçonne un « nouveau départ » sous un nouveau nom à la suite de la faillite de la société précédente qui avait quand même 32 ans d’existence.

Le restaurant est assez grand, il y a une terrasse, mais il faut vraiment en avoir envie, car même si la vue sur le lac est attirante, il y a aussi une belle route quatre voies extrêmement fréquentée entre deux. Le cadre est très typé chinois, des tons rouge « bonheur » et or, grands tableaux, mobilier en bois. Ils sont ouverts tous les jours, horaires coupés en semaine, non-stop le weekend.

La carte est plutôt sympathique avec des plats intéressants, mais compliquée, car il y a un menu normal, un menu du weekend, un menu take away. Attention, il semble que les menus sur le site web ne sont pas à jour.

Sur la table, il y avait des cartes « sponsorisées », genre Movenpick pour les desserts, mais celle pour du vin m’a fort surpris par ses prix des vins au verre, de 18 à 35 francs !

Exemple de prix :
– canard rôti (35 chf)
– mapo tofu au boeuf (26 chf)
– Coca Cola 33 cl. (5.50 chf)
– Tsingtao 33 cl. (6.20 chf)

7 septembre 2022.

Mercredi soir, deux personnes, réservation avec TheFork. Nous sommes arrivés tôt, vers 18h30, très pratique avant le gros coup de feu et nous avons bien fait, car il y avait du monde, surtout quand un grand groupe de Chinois est arrivé, en famille, occupant de nombreuses tables, c’était très bruyant, adieu la tranquillité.

La soirée avait un peu mal commencé, car les plats intéressants vus sur leur site web n’étaient pas à la carte et les dim sum ne sont disponibles que le weekend, mais après avoir gentiment demandé, ils ont bien voulu nous la donner, car le chef était présent et je pense qu’être les premiers clients a aider aussi.

Comme d’habitude, dans ce genre de circonstance, mon amie et moi avons commandé une multitude de dim sum.

Les raviolis à la sauce piquante (16 chf) étaient pas mal, cinq pièces, une farce ferme avec une pâte un peu dure. On espérait trouver ceux baignant dans de l’huile piquante, hélas ce n’était pas le cas, c’était encore fois dans une sorte de soupe avec un peu d’huile piquante, comme ceux du Xiang Yu.

Mont Blanc 7, Genève

Rouleaux de canard (9 chf), deux pièces.

Mont Blanc 7, Genève

Les crêpes vapeur au porc rôti (11 chf) et aux crevettes (12 chf) étaient plutôt bonnes. Portion de trois, la pâte était ferme et lisse, une farce correcte, bien que pas énormément généreuse.

Mont Blanc 7, Genève
Mont Blanc 7, Genève

Bonne surprise pour le tofu au sel et poivre (26 chf) avec un tofu soyeux, un enrobage fin, croustillant et gourmand, bien assaisonné, mais pas très « poivre ».

Le bol de riz nature (4 chf) était correct, taille standard, un peu desséché, peut-être celui de midi.

Il y avait aussi un petit plat d’intestin de porc au poivre noir (9 chf) que j’ai oublié de prendre en photo, désolé. C’était un plat correct, bon, tendre et surtout bien lavé, mais pas très « poivre » encore une fois.

Mont Blanc 7, Genève

Les travers de porc aux haricots noirs (9 chf) étaient corrects, bons. Des morceaux gras avec os, un peu trop léger en haricots noirs.

Ce n’est pas vraiment un plat incontournable ou particulièrement intéressant, mais c’est un plat de mon enfance que me faisait ma mère. j’aime bien en manger quand j’en ai l’occasion.

Mont Blanc 7, Genève

Les raviolis siu mai aux porc et crevettes (12 chf) étaient corrects, mais pas fabuleux avec une farce mixée très finement, comme une pâte. Dommage, pourtant j’adore en manger, souvent et presque partout, mais ceux-là n’étaient pas intéressants.

Mont Blanc 7, Genève

Pour résumer, c’était globalement une bonne surprise. C’était mon premier repas chez eux, mon amie était déjà allée plusieurs fois. Nous avons bien mangé, prix raisonnables, un service jeune, parlant bien le français, une cuisine rapide, peut-être un peu trop. Ils sont notés 4.1 sur Google ce qui est un peu sévère par rapport à mon expérience de ce soir.

7 dim sum, 1 plat, 2 riz, 2 minérales, 2 bières : 135 chf. pour deux personnes.

Mont Blanc 7
Quai du Mont-Blanc 7
1201 Genève
+41 22 731 73 30
www.montblanc7.ch

Crédit photo : foodaholic

Xiang Yu, Genève

Le Xiang Yu est un restaurant chinois à Genève ouvert en 2020 dans les anciens locaux du Hung Ky. Il propose une cuisine chinoise mixte

L’établissement est situé à cinq minutes à pied de la gare de Cornavin, côté lac. Parking de la gare de Cornavin ou celui du centre commercial Les Cygnes.

 Ils sont ouverts du mardi au dimanche, fermés les lundis. On peut manger dès 11h30 ou 17h40.

Un établissement de taille moyenne avec une cinquantaine de couverts, peut-être un peu plus. Un cadre neuf, correct, un peu froid,  des tons blancs et beiges, mobiliers en bois style asiatique, il y a du volume, c’est lumineux mais fort bruyant quand il y a du monde. Une clientèle majoritairement jeune, chinoise et anglophone.

Une carte intéressante, fort attrayante, qui sort du classique, je ne peux que regretter qu’ici à Lausanne, nous n’avons rien d’équivalent même si certains s’en rapprochent un peu. Chez eux, pas de boeuf croustillant ou du poulet au basilic, moins de choix classiques et plus de plats particuliers comme les poissons entiers, du sang et des langues de canard, des pattes et des gésiers de poulet, des oeufs de cent ans, des intestins, des oreilles et langues de porc, des tripes de boeuf. Le paradis des abats.

Exemple de prix : potage aigre piquant (9 chf), siu mai (9 chf/4 pces), bar entier vapeur (45 chf), poulet aigre-doux (22 chf), mapo tofu (18 chf), crevettes sel et poivre (26 chf) nouilles sautées aux légumes (18 chf), riz nature (3 chf).

Repas du 12 juillet 2022.

Repas de midi à trois, en compagnie d’un couple d’amis chinois qui possède leur établissement.

Il y avait un peu de monde, mais pas autant que lors de mon repas en avril, peut-être à cause de la chaleur ou que les gens sont déjà partis en vacance.

L’équipe de jeunes en salle de la dernière fois n’était pas présente, mais il y avait l’un des patrons, selon nos suppositions.

Nous avons commandé des plats à partager, rien de spécial, des plats classiques.

Les raviolis sichuanais bouillis (12 chf.) sont servis en soupe, ce n’était pas mauvais, mais je préfère largement quand c’est servi sans soupe et avec de l’huile piquante.  

Xiang Yu, Genève

Les deux types de raviolis au porc vapeur, les xiao long bao (9 chf) et les shaomai (9 chf) servi par portion de quatre pièces étaient assez corrects, satisfaisants. Pas certains qu’ils sont faits maison.

Xiang Yu, Genève
Xiang Yu, Genève

Les langues de canard au sel et poivre (18 chf) étaient bonnes, mais ils manquaient un peu de goût pour mes amis, adapté au goût local selon le patron.

Xiang Yu, Genève

Le bar entier à la cantonaise (45 chf) était sympathique, bien que pas très bien nettoyé, un peu amer et gras au niveau du ventre. Selon le patron, il était frais et acheté le matin même, mais des indices m’ont laissé supposer le contraire. Au moins, il était relativement bien cuit, c’est déjà ça.

Xiang Yu, Genève

L’émincé de porc cuit en deux façons (22 chf) était bon, c’était le plat qui nous aura satisfait sans trop de critiques, mais attention, c’est un plat à base de lard, donc gras.

Le riz nature (3 chf) était correct, bon. un bol de taille classique, mais probablement insuffisante pour les asiatiques.

Xiang Yu, Genève

Pour résumer, c’était un repas correct, sympathique, nous avons passé un bon moment. Un service pas toujours au point avec quelques bobards au sujet des plats, mais rien de nouveau, c’est souvent le cas dans les restaurants asiatiques.

5 entrées, 2 plats, 2 riz nature, 4 boissons, 1 café : 155 chf. pour trois personnes.

Repas du 13 avril 2022.

Repas un mardi soir à deux avec réservation. Première visite, la carte m’a semblé prometteur. Une ambiance très animée, c’était quasiment plein.

Un accueil très rapide, vite installé. Trois ou quatre personnes en salle, plutôt jeunes, sympathiques et novices, peut-être juste présent pour aider, certains parlaient français, anglais ou juste chinois. Un service très efficace au début, commande rapide, premiers plats vite arrivés, bon enchainement, mais vers 20 heures, totalement débordés, car la salle était pleine, ce qui est compréhensible, dommage, on voulait recommander un plat ou prendre un dessert, mais faute de temps, nous avons juste pris les cafés.

Les raviolis au porc vapeur étaient bons, une farce goûtue et juteuse (attention quand on mord) avec une pâte pas trop épaisse.

Xiang Yu, Genève

Les raviolis sichuanais étaient bons mais on pensait qu’ils étaient servis dans une huile pimentée et non en soupe.

Xiang Yu, Genève

Le poulet bouilli n’est pas à recommander car il était très commun, une volaille de qualité très basique, une viande un peu sèche à mon goût mais la sauce était bonne et bien servie, dommage car c’est un plat très simple que j’adore manger.

Xiang Yu, Genève

Les langues de canard étaient bonnes, bien frites, croustillantes, pas trop grasses

Xiang Yu, Genève

Le plat de bouilli et tripes de boeuf, oreilles et langues de porc à l’huile pimentée était correct, pas vraiment piquant, pas de goûts d’abats particulier, un plat qui joue sur les textures mais pas sensationnel.

Le riz était bon.

Xiang Yu, Genève

Pour résumer : Une bonne cuisine avec des portions correctes. Malgré le bruit, une erreur dans la commande et un service ralenti par l’affluence, nous avons passé une soirée sympathique et avons bien mangé, c’était varié et même pas trop cher : 4 entrées, 2 plats, 2 riz nature, 1 minérale, 1 bière, 1 thé et 2 cafés, un total de 107 francs, c’est plutot correctes.

Xiang Yu
Rue de Fribourg 16
1201 Genève
+41 22 300 23 88
www.xiangyu.ch

Crédit photo : foodaholic