La Gondola, Villeneuve

La Gondola Veneziana est un restaurant pizzeria bar italien à Villeneuve qui est situé à 500 mètres de la gare, proche du lac, à l’entrée du quartier historique.

Un établissement de taille moyenne avec terrasse, le cadre de la salle fait très chalet. Le restaurant bar est traversant, donnant sur deux rues parallèles, donc avec deux accès. D’un côté, il y a le bar avec des chaises et tables hautes, de l’autre la salle restaurant avec au milieu les cuisines, les dépendances et un couloir qui relie les deux salles.

Ils sont ouverts du dimanche au mardi, le matin et midi, de jeudi à samedi, matin, midi  et soir. Fermé les mercredi.

La carte met est assez classique,  plats italiens et cuisine traditionnelle. Elle propose des pâtes et pizzas, quelques viandes et poissons ainsi que des suggestions de saison. On choix un peu « petit » comparé à certaines cartes aux déclinaisons infinies de pâtes et pizzas.

23 décembre 2022.

Vendredi soir, 3 personnes, 19h00, sans réservation.

Nous nous sommes arrêtés chez eux totalement au hasard en revenant des courses de Noël, nous avons eu par chance la dernière table disponible, certes l’une des pires, mais c’est mieux que rien. Restaurant complet lors de notre départ.

Le service était correct, deux personnes en salle, parfois sympa, parfois un peu sec,

On nous a proposé une salade en entrée, mes amis n’en voulaient pas, mais je me suis laissé tenter. J’ai donc demandé une petite salade verte servie si possible en même temps que les pizzas pour éviter que mes amis attendent et on m’a répondu un peu sèchement : « ce sera servi quand ce sera prêt ! ». Je ne vois pas vraiment en quoi cela aurait pu causer des problèmes dans le organisation, enfin bref.

La salade verte (5 chf) était sympathique. Un mélange divers avec deux quartiers de tomates, deux feuilles d’endives et deux tranches de concombres. Dommage que je n’aime pas les endives, ni les concombres.

Chinatown, Lausanne

Mon ami a prix une pizza Viagra (19 chf), son ami une pizza Napoli (18 chf) et j’ai pris une pizza du patron (23 chf) au jambon cru et bolet.

Les pizzas étaient correctes. Des bords croustillants, une pâte un peu épaisse, des garnitures en bonne quantité et de qualité correcte. Je ne vais pas dire que ces pizzas ont été inoubliables, mais elles étaient copieuses et ont bien fait leur office.

Chinatown, Lausanne

Pour résumer, nous sommes tombés au hasard chez eux, le repas a été correct, mais je ne penses pas que j’aurais l’occasion de revenir un jour chez eux, car ce n’est pas ma région et il n’y a rien de vraiment particulier.

1 entrée, 3 pizzas, 5 minérales, 3 cafés : ~ 100 chf. pour trois personnes.

La Gondola Veneziana
Grande Rue 89
1844 Villeneuve
+41 21 960 31 36
www.la-gondola-veneziana.ch

Crédit photo : foodaholic

Tao Yuan, Vevey

Premier repas au Tao Yuan à Vevey qui est un restaurant chinois tenu par la même famille depuis 2000. Il est situé à quelques minutes de la gare, c’est un petit restaurant familial, une carte classique, des prix dans la moyenne supérieure.

L’établissement est assez petit avec environ une quarantaine de places. Je devine que les lieux ont été rénovés, il y a quelques années. Un cadre plutôt atypique pour un restaurant chinois, car c’est un style assez occidental, simple et contemporain, mobilier sobre, des tons foncés, tout en gardant de belles décorations chinoises comme cette réplique d’un habit de l’empereur mis en valeur dans un tableau cadre géant. Ils sont ouverts du lundi au samedi, horaires coupés, fermés les dimanches.

La carte est assez sympathique, très classique avec quelques petites surprises, rien d’exceptionnel en soi, mais qui peuvent faire plaisir comme des cuisses de grenouille, une sole vapeur ou simplement une omelette aux oignons.

Exemple de prix :
– rouleau de printemps (8 chf)
– potage aigre piquant  (9 chf)
– boeuf croustillant (28 chf)
– Coca-Cola 33 cl. (4.80 chf)
– thé, théière. (5 chf)
– café (3.80 chf)

17 décembre 2022.

Samedi, 12h00, en solo, sans réservation.

Pas grand monde à mon arrivée, mais la salle s’était rempli peu à peu. Trois personnes en salle dont la patronne, un service sympathique, souriant, bilingue.

Les classiques chips de crevettes en mise en bouche.

En entrée, j’ai pris des nems (15 chf), 4 rouleaux (farine de riz) farcis au porc et légume, servie avec de la menthe et des feuilles de salade type laitue que je préfère plus pratique que la iceberg, car plus facilement enroulable autour du nem.

C’était excellent avec le petit plus. Cela faisait longtemps que je n’avais pas eu le petit « tient, c’est particulièrement bon ? ». Les rouleaux étaient légers, croustillants, presque aériens. La farce était bonne, mais un peu « maigre et sèche » à mon goût, je préfère quand il y a une viande un peu plus de grasse.

La Bruschetta, Lausanne

En entrée, j’ai aussi pris des calamars frits (15 chf), plus par envie, par gourmandise que par faim. Une texture ferme et souple, enrobage croustillant, des goûts légèrement relevés, j’aime beaucoup ce genre de combinaison.

C’était bon, gourmand et plutôt copieux. De bonnes grosses lamelles de calamar bien épaisses, pas toujours facile à manger avec des baguettes, ça glisse un peu.

La petite salade qui accompagnait le plat était composée de chou et de carotte avec une sauce vinaigrette et sésame, sympa, mais je n’en suis pas fan.

La Bruschetta, Lausanne

En plat, une sole vapeur au soja (38 chf) avec un riz nature (3.50 chf). J’étais très content de voir ce plat à la carte, surtout à 38 francs, qui est une affaire comparé Au Canard Pékinois (50 chf) ou au Dong Fang (58 chf).

J’ai apprécié que l’on me propose avec ou sans arrêtes, cela n’arrive pas souvent dans les restaurants chinois. Malheureusement, le plat en soi était un peu décevant. Déjà les morceaux de poireaux crus, ça fait très cheap, autant ne rien mettre. Le souci était la chair, je l’ai trouvé dense, trop ferme, compacte, c’était une sensation peu agréable en bouche, je ne pense pas que cela soit un problème de cuisson, mais je m’attendais plus à une chair tendre et moelleuse. Par contre, j’ai été surpris par la sauce soja, plutôt agréable, parfumée, corsé, avec un goût de champignons ou noix de saint-jacques.

Il est certainement peu probable que l’on utilise une belle sole de ligne de Bretagne, mais plus une espèce de sole bien plus abordable, ce qui n’est pas une excuse, car on peut sortir d’excellent poissons vapeur avec une simple et bête daurade d’élevage de Grèce à moins de 10 frs./kg.

La Bruschetta, Lausanne

Pour résumer, la sole vapeur est à oublier, mais les nems valent le détour, en plus le cadre et le service très occidentaux plairont surement à certains.

2 entrées, 1 plat, 1 thé, 1 café : ~ 80 chf. pour une personne.

Tao Yuan
Rue de la Clergère 2
1800 Vevey
+41 21 921 20 33
www.restaurant-chinois-tao-yuan.ch

Crédit photo : foodaholic

La Bruschetta, Lausanne

La Bruschetta à Lausanne est un restaurant italien qui possède une bonne réputation. Ouvert en 1995 sous le nom de Le Fiacre, 1999, il a changé le nom en Bruschetta avec jusqu’à ce jour, toujours le même patron. Il est situé à quelques minutes de la gare, souvent très fréquenté, beaucoup d’habitués, l’établissement existe depuis plus de vingt ans, tenu par le même patron avec des serveurs présent depuis de nombreuses années, c’est assez rare et plutôt bon signe.

L’établissement est très grand, véranda, sur deux étages, four à bois pour les pizzas, cuisine semi-ouverte, il y a facilement au moins soixante à huitante couverts. Climatisé, propre, bien entretenu.

La carte est classique, pizzas, pâtes et risotto, quelques viandes et poissons, des suggestions de saison et des plats du jour.

Exemple de prix :
– pizza Emiliana (24 chf)
– Coca Cola 33 cl. (5 chf)
– bière Moretti 50 cl. (7.50 chf)
– café (3.90 chf)

15 décembre 2022.

Jeudi, 11h45, en solo, sans réservation.

Il y avait du monde, beaucoup de monde, de nombreuses pizzas à l’emporter et quelques clients sans réservation refusés.

Un service sympathique, décontracté, amicale, quatre personnes en salle,

Petite bruschette de tomate croustillante et parfumée en amuse-bouche.

En entrée, un carpaccio de boeuf (19.50 chf) garni de quelques copeaux de parmesan et d’une petite poignée de roquette. Pour moi, c’était équilibrer, pas de surabondance de garniture, juste assez pour une entrée.

Un carpaccio très honorable, bon, plaisant. Des tranches bien rondes, pas trop fines, juteuses, sans excès d’humidité. il a plutôt été bien préparé, car pour avoir un carpaccio bien rond et régulier, il faut rouler une viande en boudin, congeler et couper à la trancheuse.

Souvent, dans les restaurants, la viande est servie trop froide, voire glacée ou avec un goût d’eau surgelé. Le carpaccio a mis un certain temps pour sortir de cuisine, surement trop long, pourrait dire certains, mais au moins, il l’a été dans de bonnes conditions.

La Bruschetta, Lausanne

En plat, j’ai pris des scaloppines de veau au citron et risotto (36.50 chf). Un plat que je prends assez souvent chez eux. La viande est tendre, goûtue, c’est gourmand, pas trop copieux.

La Bruschetta, Lausanne

Pour résumer, un restaurant italien solide et réputé, réservation conseilée. Excellente pizzas et très bon service.

1 entrée, 1 plat, 1 minérale, 1 café : ~ 65 chf. pour une personne.

La Bruschetta
Avenue de la Gare 20
1003 Lausanne
+41 21 312 57 34

Crédit photo : foodaholic

Myõ Sushi Bar, Lausanne

Ouvert en 1996, Le Myõ Sushi Bar est le premier restaurant japonais de Lausanne. J’ai probablement mangé pour la première entre 2005 et 2010. Il a toujours eu une bonne réputation dans la région avec une clientèle d’habitués, des connaisseurs ou amateurs. Il est mentionné au Guide Michelin et noté 15/20 au Gault et Millau en 2022. Réservation conseillée les midis et les soirs en fin de semaine, surtout quand la terrasse est fermée, car ce n’est pas très grand.

L’établissement est situé au centre-ville, dans un parc, proche de la Place Saint-François, à moins de cinq minutes à pied des bus et du métro. Places de parking à proximité, juste à côté du tribunal et également en dessous, celui de Montbenon.

Le cadre est sympathique, simple et très lumineux avec ses grandes baies vitrées. C’est petit avec seulement 36 places, tables étroites, style comptoir et chaises hautes, un confort un peu particulier, assez bruyant quand c’est plein avec un certain manque d’intimité, car l’espace est petit. Gros point positif avec une très grande et jolie terrasse ombragée de cent places avec vue sur le parc, le lac et les montagnes. Ils sont ouverts du mardi au samedi, midis et soirs, fermés les dimanches et les lundis, Vente à l’emporter.

La carte propose surtout des sushis et sashimis avec quelques entrées, plats et un petit choix de desserts. Un choix de poissons assez varié mais néanmoins classique. Ils mettent en avant l’utilisation de poissons sauvages et des vins biodynamiques.

Exemples de prix :
– soupe miso (8 chf)
– poulet teriyaki (42 chf)
– fondant au chocolat (15 chf)
– thé vert (6.50 chf)
– Coca Cola 33 cl. (5 chf)
– San Pellegrino 100 cl. (9.50 chf).

Myo Sushi Bar, Lausanne

Pour résumer, c’est pour moi l’un des tops japonais de la région lausannoise, une très jolie terrasse, une superbe équipe et une ambiance décontractée. Bien que leur cuisine soit bonne et généreuse, je mange surtout les sushis, car ils sont à mon goût : pas trop gros et assez légers. De plus le maquereau qui est l’une de mes garnitures préférées en sushis est mariné maison. Comparer aux tops genevois, les prix sont un peu plus doux, mais restent assez onéreux pour Lausanne.

Le MYO
Esplanade de Montbenon
Allée Ernest–Ansermet 1
1003 Lausanne
+41 21 323 22 88
www.myo.ch

Crédit photo : foodaholic

7 décembre 2022

Mercredi, 12h00, en solo avec réservation.

Une belle journée claire et froide. Un restaurant qui me semble s’est vite rempli, même peut-être complet.

Deux personnes au service, comme d’habitude, c’était sympa, décontracté et attentionné. Deux aux sushis, deux en cuisine, pas trop d’attente.

Comme souvent, une première commande pour jauger la qualité : saumon ventrèche (11 chf), seiche (10 chf), maquereau (10 chf), loup de mer (12 chf) et aujourd’hui il y avait en plus à la carte, de la sériole (14 chf) et de la daurade (12 chf), des poissons qui ne sont pas toujours à la carte.

C’était bien, c’était bon. Les poissons étaient tops, surtout le loup de mer qui était délicieux, il était au-dessus des autres aujourd’hui. Le maquereau était bon également, bien qu’une teinte légèrement jaunâtre m’a fait un peu peur avec un goût rance, mais au final, c’était bon, même très fondant. La seiche était bien ferme.

En dessert, un mochi glacé au thé vert. Simple, bon et fraîchissant.

24 nigiris, 1 dessert, 1 thé : ~ 145 chf pour une personne.

Ce repas confirme sa position dans le haut du classement en sushis de qualité dans la région lausannoise, surtout avec la prochaine fermeture définitive du Palace Sushizen au 31 décembre 2022.

Myo Sushi Bar, Lausanne

11 octobre 2022

Mardi midi, seul avec réservation. Je suis arrivé vers 12h30 et c’était déjà bien rempli avec passablement du monde sur la terrasse, car il faisait beau et pas trop froid.

C’est mon deuxième repas avec des sushis préparé par leur nouveau chef qui a commencé juste après leur retour de vacance en août et j’avais donc fait un repas le 4 août pour tester, mais malheureusement, ce n’était pas aussi bon que d’habitude. Un riz pas très bien formé, une apparence un peu « triste » et surtout un maquereau sec. Disons que c’était le retour de vacance et le manque d’habitude du nouveau chef.

Aujourd’hui, c’était nettement mieux. L’apparence et le dressage manquait un petit peu d’élégance, les nigiris étaient bons, pas trop gros, ni trop petits, mais il manquait aussi un petit quelque chose pour être « beau », peut-être à cause du stress lors du service, le manque de temps, de mains, car il faut le dire, ils n’étaient que deux pour préparer les sushis.

En tout cas, la qualité du poisson était bien, bon, j’ai adoré le maquereau (10 chf) d’aujourd’hui, peu mariné, très lisse, fondant, il était délicieux. le chinchard (12 chf), la seiche (10 chf), le loup de mer (12 chf), la ventrèche de saumon (11 chf).

Le service était comme à son habitude, attentionné et sympathique dans une ambiance décontractée.

22 nigiris, 2 minérales : ~ 120 chf pour une personne.

23 septembre 2022

Le Myo a un nouveau chef sushi depuis août 2022, j’étais déjà venu une fois quelques jours après sa prise d’emploi juste après leur pause estivale, mais faut avouer que ce n’était pas vraiment top, une baisse de qualité, le maquereau était sec et le riz un peu mal tenu. Disons que c’était pas de chance, le retour des vacances, un nouveau chef …

Aujourd’hui, vendredi midi, je reviens tester, seul avec réservation. Pas de chance, le chef n’était pas présent, renvoyé chez lui, car c’était calme, bon, ce sera les sushis du chef Tim qui possède une bonne technique.

Un midi très calme, deux personnes en salle, deux aux sushis et trois en cuisine. Une ambiance sympathique et décontractée, un service souriant. Comme a mon habitude, je pris place au bar.

Première commande avec du maquereau (10 chf), saumon ventrèche (11 chf), seiche (10 chf) et loup de mer (12 chf). Les poissons étaient bons dans l’ensemble, mais aujourd’hui, rien qui sortait de l’ordinaire, de plus, problèmes de communication, je me suis retrouvé avec des maquereaux grillés au chalumeau, argh, quelle horreur.

Lors de la seconde commande, j’ai repris de la seiche, du maquereau et de l’anguille (12 chf) en plus. L’anguille était froide avec peu de sauce et le maquereau était encore grillé, pourtant demandé non-grillé, une chance dans mon malheur, il ne l’était que légèrement grillé.

Myo Sushi Bar, Lausanne
Myo Sushi Bar, Lausanne

27 mai 2022

Retour au Myo un vendredi soir de ce long weekend de l’Ascension. Réservation pour 19 heures, petite balade avant par le parc de Montbenon où avait lieu un rassemblement de vélos « critical mass » (tous les derniers vendredis du mois). Je me serais plutôt cru à un concert de techno, heureusement la manifestation a bougé vers le centre peu avant 19 heures.

Tous les clients étaient installés sur la terrasse, car il faisait très beau, mais il y avait aussi beaucoup de vent, petit à petit, vers 21 heures, nous étions presque tous à l’intérieur.

Chouette ambiance ce soir, c’était souriant, convivial et décontracté. Peu d’attente entre mes commandes.

je prends quasiment toujours le même trio de nigiris que j’adore : maquereau, seiche et ventrèche de saumon, puis quelques autres, histoire de vérifier s’ils ne sont pas, particulièrement bons ce soir.

Le maquereau (10 chf) que je préfère non flambé est mon péché mignon, est un poisson aux goûts prononcés à chair grasse. Il est mariné dans  un mélange de vinaigre, sucre et sel. Il était fondant, la marinade était équilibrée. Par contre, attention, ça donne une de ces haleines !

La seiche (10 chf) avait une chair ferme au début qui requiert de mâcher un peu pour libérer son goût, la chair devient visqueuse, il faut aimer ce genre de texture.

La ventrèche de saumon (11 chf) avait une coupe assez épaisse, je le demande toujours flambé.

Parmi ceux que je prends de manière aléatoire, il y a l’omelette (8 chf). Elle n’était pas trop sucrée, ferme, assez spongieuse et humide. On y sentait bien le goût des oeufs.

Le loup de mer (12 chf) avait une texture assez ferme, une légère mâche pas désagréable, c’était plutôt bon, mais malheureusement, il n’avait pas le même niveau que celui j’ai mangé à Genève récemment.

J’ai aussi testé l’anguille (12 chf). Je ne suis pas sur à 100%, mais je pense que le chef le prépare lui-même, il avait vraiment une texture différente, moins sucré, moins de sauce, une couleur plus claire, une chair plus ferme. Si c’est vraiment le cas, il est le seul qui le prépare.

C’est rare, mais pour une fois, j’ai pris du crabe (12 chf). C’était correct, sans plus, juste de la chair émiettée, pas spécialement intéressant pour moi.

Pour finir le repas en beauté, une petite boule de glace yuzu (4 chf). Elle était assez sucrée, mais j’avais besoin d’un peu d’acidité pour « alléger » tout ses sushis que j’avais avalé.

Bon ben, je me suis surpassé ce soir avec trente nigiris, une boule de glace, 1 litre de flotte et un café. La petite balade pour prendre le bus de retour ne sera pas superflue.

Myo, Lausanne

Crédit photo : foodaholic

Myo, Lausanne
Myo, Lausanne

Chinatown, Lausanne

Le Chinatown est un très ancien restaurant chinois à Lausanne qui a ouvert en 1985, il y a de fortes chances que le patron actuel soit celui d’origine, mais je n’en suis pas certain. C’est un établissement très bien situé dans l’hypercentre, accessible, joli cadre asiatique propre et bien entretenu, une carte classique, des prix moyens supérieurs.

Le restaurant est assez grand avec au moins soixante couverts et une jolie terrasse. Le cadre est assez typé, très chinois, des tons sombres en bleu, rouge et noir, bien entretenu au fil des ans, c’est propre. Ils sont ouverts du lundi au samedi, horaires coupés, fermés les dimanches.

La carte met en avant une cuisine fait maison avec des vins de la région. Plats du jour, assiettes de la semaine, menu lunch à composer.

Exemple de prix :
– rouleaux de printemps  (7 chf)
– poulet basilic (27 chf)
– nouilles sautées aux légumes (19 chf)
– Coca Cola 50 cl. (5.50 chf)
– café (3.70 chf)

6 décembre 2022.

Mardi midi, en solo, 12h45, sans réservation.

Sans savoir pourquoi, je ne suis pas venu souvent chez eux, c’est pourtant très bien placé et j’avais beaucoup, mais vraiment beaucoup l’opportunité d’y aller.

Un service asiatique, sympathique, parlant francophone, c’était correct,

En entrée, une entrée du jour,  un nem (5 chf). Il était petit avec une farce un peu sèche, mais aussi moins gras, probablement fait maison. Feuille de salade iceberg bien fraîche, feuilles de menthe,

Il était vraiment petit, moité moins volumineux que les industriels. Pour une thune, certains diront que c’est extrêment cher, certains diront être prêts à payer plus pour du fait maison.

Chinatown, Lausanne

Parmi les entrées, j’ai remarqué les seiches à l’ail et piment (14 chf) qui m’ont donné envie. Je pensais qu’ils seraient frits, mais c’était un peu idiot, car ce n’était pas écrit. Un peu déçu, mais ce n’était pas mauvais, sans être particulier, les seiches qui étaient il me semble des supions, étaient sautés avec un peu d’ail et du piment, mais ce n’était pas du tout piquant.

Chinatown, Lausanne

Surprise avec le boeuf croustillant (30 chf) qui était préparé différemment de la concurrence. D’habitude, ce sont des fils de boeuf presque secs et très croquants. La recette du Chinatown est beaucoup moins croquante, un peu croustillant, parfois un peu trop mou, mais on sent plus le boeuf qui faut un peu mâcher.

Le riz nature (2.50 chf) était plutôt bon, peut-être légèrement sec, une portion correcte.

Chinatown, Lausanne

Pour résumer, je le trouve pas mal, ce n’est pas mon chinois favori, mais il est assez satisfaisant pour y retourner et tester plus profondément le reste de la carte.

2 entrées, 1 plat, 2 riz, 1 minérale, 1 café : ~ 60 chf. pour une personne.

Chinatown
Rue Grand-Saint-Jean 1
1003 Lausanne
+41 21 312 39 34
www.restaurantchinatown.ch

Crédit photo : foodaholic